Kyoto – Sanctuaire Fushimi Inari – Japon

Situé dans Fushimi-ku, au sud de Kyoto, Japon, le sanctuaire Fushimi Inari (Fushimi Inari Taisha) est un important sanctuaire shinto. Le lieu est célèbre pour ses milliers de portes torii rouge, qui enjambent les 4 km de sentiers, menant au sommet du mont sacré Inari (233m).

Inari (Inari Okami, aussi Oinari), la divinité shinto du riz, est aussi le patron des forgerons de sabres, des marchands et des artisans. Chacune des portes torii du sanctuaire Fushimi Inari fut donnée par une compagnie japonaise.

Construites en 711, les premières structures étaient érigées sur la colline Inariyama au sud-ouest de Kyoto, mais le sanctuaire fut relocalisé en 816. La structure du sanctuaire principal fut construite en 1499.

La Porte Romon se situe à l’entrée du sanctuaire, et fut offerte par le souverain Toyotomi Hideyoshi, en 1589. Juste derrière elle, se trouve le monument principal du sanctuaire (Honden) et plusieurs bâtiments annexes.

Les renards (également appelés kitsune), sont considérés comme les messagers de Inari. Ils sont souvent représentés avec une clé dans leur bouche. C’est la clé du grenier à riz.

Le rôle de messager a renforcé l’importance surnaturelle du renard. Le plus un Kitsune possède de queues (jusqu’à neuf), le plus âgé, le plus sage et le plus puissant il est. Mais à l’inverse, durant la période Edo (1603-1867), les renards étaient souvent considérés comme des « sorcières sous forme animale ».
Les mythes japonais sur renards trouvent leurs origines dans la mythologie chinoise.

Presque tous les sanctuaires Inari présentent des statues de kitsune. Les statues de renards viennent généralement par paires, avec un mâle et une femelle assis, la queue en l’air, et ayant un élément symbolique dans leur bouche ou sous leur patte avant.

Inari est aussi le kami japonais des renards, de la fertilité, du riz, du thé et ldu saké, de l’agriculture et de l’industrie, de la prospérité et du succès matériel. C’est l’un des kami principaux du Shintoïsme.

Kami est le mot japonais désignant un dieu, une divinité, un esprit ou même un phénomène, qui est vénéré dans la religion shintoïste. Possédant les caractéristiques du bien et du mal, ce sont des éléments de la nature, des animaux ou des forces créatrices de l’univers.
L’ambiguïté du kami est qu’il peut décrire plusieurs représentations différentes.

Inari est représenté(e) par un homme, une femme, un être androgyne, ou même parfois comme un groupe de 3 ou 5 kami. Le genre dans la représentation dépend des traditions régionales et des croyances individuelles.

Les portes torii, tout au long du sentier sont des dons effectués par des compagnies, mais aussi par des particuliers. Leur noms sont gravés sur les portes. Le coût d’une porte du torii varie de 400.000 yens à plus d’un million pour les plus grandes.
Les visiteur du Sanctuaire Fushimi Inari, qui ont un budget plus petit, peuvent aussi faire des dons de portes torii miniatures. Il y en a beaucoup dans le Sanctuaire Fushimi Inari Taisha.

J’espère vous avez aimé mon article sur le sanctuaire Fushimi Inari (Fushimi Inari Taisha), situé dans Fushimi-ku, au sud de Kyoto, Japon.
Ce fut un grand honneur et un réel plaisir de pouvoir visiter et découvrir cet important sanctuaire shinto, de partager ce moment avec ma sœur, et d’en apprendre un peu plus sur Inari et la signification de tous les éléments qui sont présents dans le sanctuaire (les statues des kitsune, les portes torii, etc.)
Peut-être que cela vous motivera à venir voyager au Japon, et de visiter Kyoto et ses environs (à venir dans un futur article :)).

Prenez soin de vous et prenez des photos!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *